Entretiens - Rencontres

Démarches

Nous avons décidé de prendre contact avec des professionnels de la santé afin de connaître leurs opinions sur les colorants alimentaires en rapport avec notre sujet et d'acquérir des - nouvelles -  conaissances plus variées.

C’est ainsi que par rencontre téléphonique nous avons pu interviewer Monsieur M.B., allergologue. Puis,  A.M qui est une diététicienne/nutritionniste ; tout deux exercent leur profession dans notre secteur départemental. 

Nous leurs avons donc posé diverses questions dans plusieurs domaines : de l’action des colorants sur la santé, aux conseils d’alimentations…

Entretien téléphonique: Michel B. (Allergologue) 

Elise O. : « Comment les colorants agissent-ils sur l’organisme et plus particulièrement au niveau des allergies ? Quel rôle jouent-ils? »

Michel Bouhey : « Tout d’abord, il faut savoir que l’on utilise principalement les colorants pour donner de la couleur à l’aliment, mais ils sont aussi utilisés pour une sorte de « sécurité » lors de la prise des médicaments (en effet, cela permet de bien dissocier ces-derniers). Cela rend le médicament plus attractif, mais n’a pas d’intérêt thérapeutique. On peut dire que les essais cliniques n’ont pas montré d’influences. Après, il peut tout de même amener à une action toxique, une intolérance ou une allergie. Lors de la première prise de l’aliment contenant un dit-colorant, l’organisme reconnaît la substance étrangère et la rejette grâce aux anticorps en douceur. La première rencontre avec le colorant se passe relativement bien. Cependant là, où le cas se complique, c’est lors de la deuxième prise du dit-colorant. Certains anticorps (IGE) font face et reconnaissent le colorant alimentaire et réagissent nocivement pour le patient. C’est un peu un paradoxe. »

 

Elise O. : « Y-a-t-il une prise journalière maximale conseillée ? Si oui, quel est le terme exact ? »

Michel Bouhey : « Il y a en effet une dose journalière admissible (DJA), cela résulte cependant plus des compétences d’une nutritionniste ou diététicienne pour répondre à cette question (Cf. Interview Amélie Monceau). Il faut cependant savoir que lors de la mise en route sur le marché d’un colorant, il y a de nombreuses demandes d’autorisation, donc des études aux préalables effectuées. »

 

Elise O. : « Avez-vous déjà rencontré un cas d’allergie causée par les colorants ? »

M.B: « Il y a très longtemps, j’ai eu à faire à des allergies dûes au tartrazine rouge. Cette réaction se retrouvait croisée avec l’aspirine (car cela ne faisait pas très bon ménage) ainsi qu’une avec le rouge cochenille. Ce dernier est souvent utilisé en Egypte pour les teintures. Néanmoins ces allergies ne se voient plus beaucoup, cependant auparavant oui. La réaction d’allergie au bleu de patenté est moins fréquente.»

 

E.O : « Comment peut-on y remédier ? Traitements, alimentations … ? » 

M.B : « Il faut éviter de consommer des produits contenant les allergènes (lire les étiquettes figurant au dos du produit maintenant obligatoire qui précise les colorants utilisés.) »

 

E.O : « Vous parle-t-on des colorants dans vos études/formations ? »

M.B: « Lors de nos études, on nous en parle qu’un petit peu, vraiment pas beaucoup. Je pense que cela concerne plus les nutritionnistes et diététiciennes. De plus, cela s’atténue car il y a de nombreuses allergies, mais surtout plus d’intolérances. »

 

E.O : « Est-ce que l’allergie aux colorants est-elle un sujet tabou ? »

M.B: « Ce n’est pas vraiment tabous, c’est seulement un sujet difficile à explorer, moins fréquent que les autres allergies.  (ex : intolérance moins fréquente que celle aux conservateurs). »

Entretien avec: AMELIE.M (DIETETICIENNE/NUTRITIONNISTE)

 

Elise.O : « Il y a-t-il une Dose Journalière Admissible (DJA) pour les colorants ? Si oui, quelle concentration  du jaune de tartrazine et bleu de patenté? »

A.M : « Il y a en effet une DJA obligatoire pour les colorants. Pour qu’un colorant circule sur le marché, il faut au préalable monter 3 dossiers : Dossier technique et technologique, dossier toxicologique, dossier analytique. Cette DJA  est exprimé en mg/kg. Elle se passe sur 2 ans et 2 générations. Les expériences sont effectuées sur des rats ou souris de laboratoire. On prend la plus petite dose sur lequel il y a le plus petit effet de différence au niveau comportemental ou visible à l’œil nu. On multiplie cette dose par 100 pour la différence interespèce puis encore par 100 pour la différence individuelle. (C’est le facteur de sécurité) La concentration du jaune de tartrazine est la suivante : 7.5mg/kg, celle du bleu de patenté : 15 mg/kg »

 

Elise.O : « Voyez-vous souvent des patients ayant des problèmes ou s’interrogeant sur les colorants alimentaires ? »

A.M. : « Depuis que je suis installée (7 ans), je n’ai jamais rencontré de personne allergique aux colorants alimentaires. Il n’y a pas vraiment d’interrogation de la part des patients sur les colorants alimentaires, mais plus à propos des produits dits « light », ou 0%. Cependant des cas sont quand même présents, le thème est abordé pendant nos études.

 

E.O : « Quelles recommandations donneriez-vous aux personnes ayant des problèmes avec les colorants alimentaires ? »

A.M. : « Pour les personnes atteintes de d’allergie ou d’intolérance (cf. entretien allergologue) les conseils  que je peux donner est de lire l’étiquette des produits alimentaires avant de consommer. C’est la meilleure solution. »

 

E.O : « Avez-vous des références, des études à propos des colorants à nous conseiller ? »

A.M : « Le site légifrance.com parle de toutes les réglementations possible à propos des additifs comme  les colorants. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000182055&dateTexte=20111213  ou plus par rapport à la santé : l’ANSES (anciennement l’AFSSA) Agence Nationale de Sécurité alimentaire de l’environnement et  du travail. »

 

E.O : « L’allergie aux colorants, est-il  un sujet plutôt tabou (on peut voir sur internet que c’est peu répandu) ? »

A.M : « Le sujet n’est pas trop étendu, dans la mesure où on ne peut pas vraiment déterminer  avec certitude les conséquences  des colorants. De même, dans le cursus des études ; bien qu’on nous en parle dans notre formation ; ce n’est pas le problème premier des patients. »

 

E.O : « En tant que diététicienne/nutritionniste, faîtes-vous attention  aux produits que vous mangez comportant des colorants ? »

A.M : « A titre personnel, je n’irai pas en rajouter dans ma cuisine. Mon conseil personnel est de manger diversifié avec ou sans colorant. Après,  c’est difficile pour l’industrie de faire sans. Ils les utilisent pour diverses raisons : l’attrait du produit, pour élargir une approche sensorielle, resituer le consommateur dans le produit … »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×